Comment réussir un entretien d’embauche dans les 5 premières minutes

Les premiers instants de votre entretien peuvent avoir un impact décisif sur le déroulement de la suite. Voici comment commencer fort – ainsi que quelques mises en garde sur ce qu’il ne faut pas faire de la part de vrais enquêteurs…

1. N’oubliez pas que l’entretien commence dès que vous quittez la maison

L’entretien commence bien avant que vous ne vous serriez la main et que vous ne vous asseyiez autour de la table. Vous ne savez jamais sur qui vous pourriez tomber en descendant de votre bus ou de votre train, ou en entrant dans le bâtiment de l’entreprise – pour autant que vous sachiez, votre interlocuteur pourrait être dans la même file d’attente que vous. Assurez-vous donc de projeter un air amical, confiant et professionnel dès le moment où vous partez.

Vous aurez sans doute fait en sorte d’arriver tôt. Donnez-vous le temps de faire une pause confort et assurez-vous que vous êtes hydraté. Parlez à la réceptionniste, éteignez votre téléphone et observez votre environnement – vous remarquerez peut-être quelque chose qui fera un sujet de discussion utile plus tard. N’essayez pas d’entasser des faits de dernière minute – vous voulez avoir l’air calme et organisé, pas énervé et sous-préparé.

Ce qu’il ne faut pas faire:

«Une fois, j’ai entendu quelqu’un se tenir devant notre immeuble, fumer furieusement et se plaindre bruyamment au téléphone de l’heure de début précoce de leur réunion et se demander à haute voix pourquoi ils étaient même là. Quand je suis arrivé à mon entretien suivant, j’ai réalisé à ma grande consternation que le râleur bruyant était mon prochain candidat ! Pas un bon début…’

2. Traitez toutes les personnes que vous rencontrez comme votre interlocuteur

Assurez-vous d’être poli et amical avec toutes les personnes que vous rencontrez au cours du processus d’entretien. De l’accueil de la réceptionniste aux personnes avec lesquelles vous partagez un ascenseur, en passant par un bureau décloisonné pour rejoindre votre salle de réunion… Ce sont autant de points de contact avec votre futur employeur potentiel, et les collègues partageront souvent leurs impressions sur les visiteurs. après, vous voulez donc que tous ceux qui entrent en contact avec vous vous voient sous un jour aussi positif que possible.

Ce qu’il ne faut pas faire:

« J’aime me faire un devoir de venir saluer les candidats en personne. À une occasion, un candidat a supposé que j’étais un assistant, m’a traité d’une manière très désinvolte et m’a demandé assez grossièrement de lui apporter un verre. Ils ont eu un sacré choc quand ils ont vu que je dirigeais le jury d’entretien ! Mais ce qui m’a le plus déçu, c’est l’idée qu’il est approprié de traiter le personnel de n’importe quel niveau de cette manière.

3. Créez une première impression forte

Les premières impressions comptent et les signaux non verbaux comptent encore plus que les signaux verbaux. Donc, dans ces premières minutes, il s’agit de sourire avec confiance, de serrer fermement la main, d’établir un contact visuel et d’avoir l’air généralement heureux d’être là et que vous voulez le travail. Penchez-vous légèrement, froncez légèrement les sourcils et attendez d’être invité à vous asseoir. Dans tout ce que vous faites, projetez une attitude d’énergie, d’enthousiasme et d’intérêt.

En ce qui concerne les vêtements, essayez d’assortir votre style vestimentaire à celui de l’entreprise que vous rencontrez. Vous devriez pouvoir vous faire une bonne idée du code vestimentaire typique de l’entreprise grâce à son site Web et à ses publications sur les réseaux sociaux, en particulier tout contenu concernant sa culture de travail, et votre recruteur peut également vous conseiller. Vous voulez projeter de la personnalité et du charisme, mais vous voulez aussi avoir l’air d’un bon candidat, donc en cas de doute, péchez toujours du côté formel.

Ce qu’il ne faut pas faire:

« Un candidat que j’ai interrogé m’a demandé un verre d’eau en attendant. Il faisait un froid glacial et ils ont dû le renverser juste avant notre rencontre, donc ma première impression a été une poignée de main très humide et froide. Alors tenez toujours votre verre dans votre main gauche !

4. Soyez prêt pour la petite conversation

Obtenir le bon (ou le mauvais) petit entretien peut avoir de grandes conséquences. C’est une façon pour les gens d’établir des relations et des affinités, et de commencer à générer cette qualité insaisissable et intangible de « chimie » qui caractérise toutes les relations d’affaires efficaces.

Ainsi, dans le cadre de la préparation de votre entretien, il est judicieux de réfléchir à l’avance à certains sujets susceptibles d’être abordés, afin de maintenir la fluidité de la conversation. La clé est de proposer des sujets sur lesquels vous avez un intérêt commun, afin que vous puissiez à la fois poser et répondre à des questions crédibles.

Par exemple, si vous voyez une photo de la famille de votre interlocuteur, vous pourriez peut-être poser des questions à son sujet – et être prêt avec une anecdote familiale de votre cru. Ou si vous êtes un fan de sport et que vous remarquez des signes indiquant que votre interlocuteur l’est aussi, vous pourriez peut-être poser une question appropriée à laquelle vous avez également une réponse intéressante (« Vous arrive-t-il jamais d’aller aux matchs ? » « Alors, qui va gagner la Coupe cette année ? » etc.).

Pensez aussi aux thèmes d’actualité. Par exemple, votre employeur potentiel a-t-il fait les manchettes récemment ? Ou pourriez-vous poser des questions sur l’impact potentiel sur l’entreprise d’un développement récent, tel que le Brexit ou la chute des cours des actions ou une grave attaque de logiciel malveillant ? Dans chaque cas, assurez-vous d’avoir une pensée intéressante à partager également.

Ce qu’il ne faut pas faire:

« Un candidat que j’ai interviewé récemment m’a posé une série de questions incessantes sur ma famille, le travail, l’entreprise, les actualités – toutes sortes de choses. Mais il n’avait pas vraiment grand-chose à dire lui-même et il n’a pas vraiment attendu d’entendre ma réponse avant de poser la question suivante, alors il est juste apparu comme plutôt anxieux et dispersé.

5. Soyez sur le message dès le départ

Il est toujours conseillé aux politiciens formés à la gestion des médias d’avoir un maximum de trois messages clés à faire passer, auxquels ils doivent s’en tenir et répéter tout au long de toute interview.

De même, c’est une bonne idée d’avoir deux ou trois points clés que vous souhaitez faire valoir sur ce que vous avez à offrir et ce que vous recherchez – par exemple, « Je suis prêt à relever le défi de gérer une équipe »,  » Je combine l’expérience de la conformité avec l’expertise technique », « dans ma carrière, j’ai développé un vaste ensemble de compétences en transformation numérique ».

Ce sont les trois points clés dont vous voulez que votre interlocuteur se souvienne à votre sujet. Essayez donc de les intégrer naturellement chaque fois que vous le pouvez, même dans les premières minutes. Il est également important d’avoir une réponse prête à certaines des questions les plus courantes qui se posent dès le début, telles que « Dites-moi pourquoi vous voulez ce travail » et « Comment comprenez-vous ce que ce travail implique ? »

Ce qu’il ne faut pas faire:

« Je commence toujours par demander aux gens d’expliquer ce que fait notre entreprise. Cette question d’une simplicité trompeuse pose problème à beaucoup de gens – c’est incroyable de voir combien de personnes se débattent avec elle, peut-être parce qu’elles assistent à plusieurs entretiens d’affilée et n’ont pas pris le temps de faire beaucoup de recherches. Mais si vous n’avez pas l’air de bien comprendre l’entreprise et pourquoi elle embauche, l’intervieweur ne peut que conclure que vous n’êtes pas vraiment dérangé par le travail.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT VOTRE FORMATION !〈〈〈 Cliquez ICI 〉〉〉